Les largués des réseaux sociaux

Lu sur un wall Facebook : « Tu ne trouves pas que certains sont restés bloqués dans la vie réelle? Ils apprennent tout deux semaines après! »

Cette question prête à sourire, n’est-ce pas? Mais, et si c’était vrai?

D’un côté, la vie réelle, de l’autre, la virtuelle?

« ô my gosh!« 

Du côté virtuel, on a les réseaux sociaux, nouvelle boîte de Pandore envoyée par le Dieu Internet pour nous mettre à l’épreuve, nous pauvres mortels.

Du côté réel, on a une presse papier qui se meurt et des JT orientés faits divers. Des gens qui n’ont pas de page Facebook et qui ne pigent rien à Twitter. J’en ai des comme ça, près de moi. Voire même, très près de moi…

Alors que l’on nous reproche de cultiver l’individualisme, les réseaux sociaux apparaissent comme le paradoxe de cette génération smartphone+casque audio.

On est relié mais isolé. En foule compacte mais sans contact.

Il n’y aurait plus que nos petites machines qui soient tactiles?

Aujourd’hui, nous ne sommes plus vraiment nous-mêmes. Nous sommes des profils, des tweets, des like et des RT. Les plus atteints ont plusieurs comptes Twitter pour exprimer leur schizophrénie sans bride.

Un phénomène propre à Twitter et qui s’intitule le Follow Friday, #FF pour les intimes, désigne tout simplement le fait de crier sur les toits bleus que l’on aime tel ou tel follower (plus que les autres du coup…) encourageant ainsi le reste du monde à devenir le follower de ce chouchou virtuel. On pourrait dire que c’est l’équivalent de la présentation d’un ami à d’autres amis… pour le dire vite…

Autre spécificité de Twitter, le hashtag ou # (les non initiés diront le dièse). En tant que linguiste, ce hashtag me titille grandement. Il permet d’exprimer une pensée en un minimum de mot. Un seul pour les plus doués. C’est de la communication subtile. Pour esprits aiguisés. Je prendrai peut-être le temps d’étudier ça de beaucoup plus près…

La rencontre IRL des contacts Twitter est symptomatique de ce dédoublement de la personnalité dont nous semblons, tous, souffrir. C’est encore plus vrai pour ceux dont la présence sur les réseaux sociaux est une obligation professionnelle. Big up à tous mes amis community manager! Vous seul pouvez justifier de passer vos matinées sur les jeux Facebook sans craindre le licenciement pour oisiveté sur le lieu de travail. N’est-ce pas @Ubi_Mika 😉 Mais cela vous oblige aussi à avoir deux comptes Facebook, hermétiques. La vie privée d’un côté et la vie de bureau, virtuelle, de l’autre.

Revenons en au commun des mortels. Vernissage, lancement de jeu, soirées geek ou gamer, apéro Twitter, les occasions ne manquent pas de nous rencontrer « en vrai », et de mettre un peu de chair sur nos avatars.

Les présentations entre deux Twittos sont toujours cocasses. Les pseudos totalement fantaisistes et les photos de profil de dos, dans le noir, n’aident pas à ‘reconnaître’ la personne que l’on a en face de soi, alors on y va à tâton.

« -Euh, tu serais pas Werewolfohelms?? Je suis KrystalWarrior! Tu as RT mon tweet sur les chatons slovaques enveloppés dans du pain de mie! »

J’avais prévenu, cocasse… Le plus bizarre c’est quand, parfois, on découvre le sexe du Twittos seulement une fois face à face. « Ah mais t’es une fiiiille en fait? » ^_^’

On se « parle » quasiment tous les jours dans une dimension parallèle mais, parfois, ces affinités s’évaporent au contact de l’air… On ne se dit pas toujours bonjour entre Twittos..

Quelqu’un « d’influent » dans ce monde parallèle à qui je confiais cette réflexion me dit tout simplement « attention, ce ne sont pas des relations d’amitié que tu as là. » Je sais bien mais comment expliquer que l’on se raconte nos petites vies en 140 caractères et qu’on ne soit pas capables de se dire bonjour lorsque l’on se rencontre finalement, dans la « vraie vie »?

On se confie sur Twitter comme on se confie à un inconnu dans un train entre Paris et Dresde.Parce que c’est plus facile et qu’on ne reverra jamais cette personne.

En fin de compte, sur les réseaux sociaux, ça se passe comme dans la ‘vraie’ vie, il y a les personnalités influentes, les moutons, les admirateurs, les laissé pour compte, les agitateurs, et les spectateurs tantôt amusés, tantôt agacés. Et il y a ceux qui apprennent tout, deux semaines après tout le monde!

On ne peut pas aussi simplement diviser le monde en opposant virtuel et réel. Les deux se chevauchent, s’attirent et se repoussent.

C’est la vie! La vraie!

Bookmarquez le permalien.

14 Comments

  1. Merci pour ce billet humoristico- socio-philosophico-twitto and co !

  2. Ah Fa !!!

    Comme j’ai pensé à toi et à cet article lorsque j’ai fait ma longue liste de #FF ce matin !! 😀

    Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur le sujet (d’ailleurs, on y pense… 😉 ). Je fais cependant une grosse distinction entre Facebook et Twitter. Je n’utilise Facebook que pour communiquer avec des amis proches ou ma famille (et encore…) alors que Twitter a été un vrai petit changement dans ma vie. Ca me rappelle beaucoup l’esprit du tchat dans les années 90-2000, et l’esprit des rencontres ingame dans les MMO (Wow pour ne citer que lui). Rencontrer des gens avec qui l’on parle « virtuellement » (je n’aime pas ce mot en fait…) IRL, c’est toujours une expérience très sympa. Depuis quelques mois que je me suis mis à Twitter, je fais de plus en plus de soirées où je rencontre des followers ou des gens que je suis. Et c’est vraiment excellent. C’est un peu bizarre au début, mais finalement, la glace se brise très vite car on sait déjà pourquoi on a sympathisé dans l' »autre monde ». Et s’en suivent des discussions à n’en plus finir, le plus souvent autour de 3-4-5-… verres 🙂

    Bref, j’étais très sceptique quant à Twitter, et je dois bien avouer que ce petit monde est un monde bien agréable. Mais comme toujours, il faut savoir sortir de cette réalité virtuelle pour rencontrer ces gens. Car souvent, on a de bonnes surprises ! 😉

    • C’est sûr qu’il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ce sujet. Je n’ai pas abordé par exemple l’émergence de Pinterest.. Je continue à observer…

  3. Huhu oui c’est vrai que j’ai l’habitude de rencontrer des gens du net comme ça, envie de parler face à face plutôt qu’en 140 caractères :p après j’en connais certains qui ne se sont jamais rencontré alors que ça doit faire 5 ans qu’ils jouent ensemble :/

  4. Salut,

    Très sympa ton article. Il est vrai qu’il faut tout de même faire la différence entre une connaissance lié à Twitter et un ami connu en IRL ou via Twitter que l’on côtoie régulièrement.

  5. Voilà je le savais que j’avais le rôle le plus pourri ! @__@
    Très bon article sinon. Gros poutoux Fachou ! <3

  6. Très bon article, genre intéréssant mais pas prise de tête pour autant 😀

  7. Euh, tu serais pas @FallaitPas ?? Je suis @Cocole ! Tu as RT mon tweet sur les poneys tchèques enrobés dans du chocolat !

    • J’allais oublier de préciser que l’histoire des chats dans du pain de mie est 100% véridique! Il suffit de taper « cat bread face » sur Google… on a touché le fond du buzz de lol cat avec ça..

  8. Sympa comme article avec pas mal de name dropping ^^ J’avoue pour ma part dire bonjour à tout les followers que je croise en vrai et considérer certains comme des amis malgré tout … Je dois être trop naïf

    • Viens on ouvre un club! Naïve Forever!

    • Comment ça les Twittos ne sont pas nos amis ? Bon je crois que je rejoins de facto le Club #NaifForever pour le coup, même si je persiste : j’ai rencontré des amis sur Twitter (jusqu’au jour où il me feront comprendre que je me suis fourvoyé sur leur amitié… )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *